UN PASTEUR AUX DERNIERS TEMPS DE L'ÉCOLE NORMALE PROTESTANTE D'INSTITUTRICES DE BOISSY

cpa-boissy-temple-couleur

Le pasteur Paul Schmidt à Boissy (1935-1944)

Le pasteur Jean Bourguet en me “confiant les clés” de la paroisse en 1974 me remit le registre des baptèmes, confirmations, mariages et services funèbres ouvert en 1944 par Soeur Marthe Juncker, dont il me raconta les mésaventures à partir de 1949, sa marginalisation parce qu'elle n'était pas un homme, et l'amour que lui gardaient les paroissiens.  Mais il ne me dit rien des années  qui précédèrent l’arrivée des soeurs diaconesses. Un cahier de comptes, quelques feuilles ronéotées, contiennent cependant des enseignements sur le Pasteur et les paroissiens de Boissy de 1935 à 1944. Des recherches complémentaires m'ont permis d'enrichir ces souvenirs.

La présence du Pasteur Paul Schmidt à Boissy était liée à l’École normale d’Institutrices protestantes. Cette école établie à Boissy en 1858 grâce  à la famille Hottinguer avait acquis une notoriété nationale et même au delà dans les pays francophones d'outremer.

ecole-normale_Merciere  À gauche les enseignantes et par petits groupes les 18 jeunes filles futures institutrices en tabliers noirs selon l'uniforme de l'École.                                              

Les Hottinguer avaient cédé la propriété des locaux. Ceux-ci furent transformés en salles de classe et un internat fut prévu avec cuisines, salle à manger, salle de musique et des chambres ou dortoirs sous les toits. Le nouveau propriétaire étaient une association, la SEIPP : Société pour l'encouragement de l'instruction primaire parmi les protestants de France. Cette association recevait aussi en don un terrain de sport, un potager et un jardin d'agrément; cependant la partie du terrain de 15000m2 autour du temple restait la propriété des Hottinguer.  Le Pasteur Paul Schmidt avait collaboré avant 1935 à une publication protestante “L’Union amicale” qui fédérait des établissements protestants d’enseignement et d’autres initiatives éducatives et sociales. Or en été 1935 apparait le besoin impérieux de doter le protestantisme de compétences pédagogiques et éducatives plus affirmées. C'est ainsi que nait une nouvelle association protestante qui se spécialise dans l'enseignement.

« Cet été est née sous une vigoureuse impulsion l'Association des amis de l'enseignement protestant. Le faisceau qu'elle forme désormais avec la Société de l'instruction primaire et le Groupement de l'enseignement protestant rendait nécessaire la transformation de l'Union amicale à laquelle M. le pasteur Albert Valez a donné pendant tant d'années tant de soins. Saluons avec joie et espérance ce nouvel organe. Qu'il ait comme mot d'ordre de faire connaître à nos coreligionnaires de tous les milieux et de tous les âges que les temps sont révolus où le protestantisme croyait pouvoir se désintéresser des questions pédagogiques et scolaires… »

CPA-boissy-jardin-ecol-normale

C’est précisément le Pasteur Paul Schmidt qui fut nommé rédacteur en chef de cette nouvelle publication trimestrielle ou parfois bimestrielle nommée « Bulletin de l’enseignement protestant »

Comme le travail d’un rédacteur en chef n’occupait pas un plein temps, il fut décidé que le pasteur Paul Schmidt serait aussi l’aumônier de l’École d’institutrices protestantes de Boissy et le pasteur du « Groupement protestant de Boissy-Brévannes-Sucy »

 

eglise-lutherienne-st_marcel_orgue-1908

Le siège social de la Revue fut tout naturellement établi à: "l’École normale libre de jeunes filles de Boissy-Saint-Léger".

Le pasteur Paul Schmidt avait commencé son ministère à l'Église luthérienne de Sain-Marcel à Paris en 1909. A cette époque ce temple avait été doté d'une orgue. Il y avait organisé des conférences publiques en 1912 et 1913 en programmant des conférenciers de renom: Georges Boissonnas, Georges Fulliquet, Edouard Soulier, Frank Thomas, Alexandre Westphal. Avec la guerre, il devint aumônier militaire et après avoir constaté le recul de l'armée allemande sur le front de l'est, il écrivit: Les belles journées de la délivrance, 19-27 décembre 1918. En 1921, il est président de l'institut de Glay dans le pays de Montbéliard et organise sa rénovation. Il avait écrit aussi en 1908 sur Court de Gébelin.

Le Groupement protestant  de Boissy-Brévannes-Sucy en 1935.

Au début de son ministère à Boissy, le pasteur Schmidt avait 53 ans. Il trouve une paroisse où dominent, comme me l'avait expliqué en 1974 le pasteur Jean Bourguet,  des personnes travaillant pour le grand hôpital de Brévannes  et celles qui avaient une activité en lien avec la ligne de chemin de fer qui partait de la gare de Paris-Bastille pour aller à Boissy et audelà vers Villecresnes et Brie-Comte-Robert. J'ai connu dans mes visites certaines de ces familles, souvent représentées par des personnes devenues âgées et dont les descendants avaient rarement les mêmes noms.

Gare-bastille-CPA26 La gare de la Bastille où les élèves, les enseignantes, les paroissiens et le pasteur. de Boissy prenaient le train

Le personnel enseignant de l’École normale est à cette époque très impliqué dans la vie paroissiale.

Nous avons les noms des familles qui paticipaient à la vie financière de la paroisse et leurs  localisations en 1935-1936. A de rares excptions près, tous ces noms ont disparu aujourd’hui, car le brassement des populations est particulièrement fort en banlieue.parisienne.

train-cpa-boissy-grosbois

Boissy-Saint-Léger: Enseignants et personnels de l’école normale présents en 1935: Broon, Cotonnec, Devigne, Drugbert (directrice) et Henriet.

Benard, Bois Clary; Boucher, rue Lacarrière; Guitton, Route nationale (Gal Leclerc); Gillot, rue de Sucy; Kumpf, rue Georges Picot; Kreijci, Eclaireurs unionistes de Boissy; Lanquetin, avenue du Progrès; Laserre, rue de LaFontaine; Lelong; Laimet, route Nationale; Matthieu, rue Georges Picot; Paulmier, rue de LaFontaine; Schlemmer, rue de LaFontaine; Sochard, rue du Temple; Takahira; 

Henri-Alexandre-1935

 

Brévannes:  Alexandre, avenue des Acacias; Gabannac, Grande rue; Delfieu, rue des Chalets; Deroncoux, rue Henri Barbusse; Ferrand, rue de Sucy; Gonnet, avenue de la Sablière; Graf; Grunewald, avenue des Tilleuls; Hetzel, hospice des enfants; Loubière, rue des Chalets; Poiret, rue de Sucy; Thomas.(à noter que la commune de Limeil-Brévannes était séparée en deux: Brévannes du côté du temple de Boissy et Limeil du côté du temple de Villeneuve.-St-Georges)

Sucy-en-Brie: Bieder, avenue de la Somme; Baltzer, rue du Clos de Ville; Boudon, place de la Gare; Deleuze, rue de Noisy; Ferrier, rue Frédéric; Gaudefroy; Humbert, Bd de la Gare; Heid, rue Georges; Hohl, rue des Boulards; Janot, Petite voie de Noiseau; Jouot;  Servais, rue Lamartine.

Autres communes: En 1935 on note seulement trois familles participantes à la vie financière, mais cela va augmenter significativement par la suite: Robinet à Coubert, Favre à Marolles et Milika à Lésigny.

signature-paul-schmidt43

La reconduction du pasteur Paul Schmidt à Boissy au printemps 1942:

Nous avons conservé des circulaires paroissiales signées du Pasteur Paul Schmidt qui apparait avec un nouveau titre de Directeur de l'enseignement libre protestant. Aucune allusion à un conseil presbytéral n’apparait. Il est seulement fait mention de la trésorière Mlle Drugbert et d'un responsible jeunesse M. Jornot.

circulaire-mars-1942

Groupement protestant de Boissy–Sucy-Brévannes – Temple de Boissy

27 mars 1942

Le Pasteur Paul Schmdt, Directeur de l’Enseignement libre  protestant …

…aux  Paroissiens de Boissy-Sucy-Brévannes.

Par suite d’une toute récente décision du Synode régional, je suis chargé de reprendre la direction du Groupement paroissial de Boissy-Sucy-Brévannes..

Je demande à chacun de vous d’être fidèle au Maître dans sa vie personnelle et d’apporter dans l’Églse un bon esprit de dévouement sincere à la cause protestante..

1°/ Les cultes  de Boissy-St-Léger, célébrés  chaque dimanche à 10h30, doivent être mieux suivis qu’ils ne le sont actuellement. Je vous prie de faire effort pour y participer.

Nous sommes à la veille de la Semaine Sainte. Les grands anniversaries des Rameaux,(29 mars), du Vendredi Saint (3 avril), de Pâques (5 avril), doivent être l’occasion de bienfaisantes rencontres protestantes. La Sainte Cène sera célébrée aux Rameaux et à Pâques: je compte, là aussi, sur la présence de bon nombre d’entre vous.

2°/ Les instructions religieuses (École du Dimanche, Cours de catéchumènes), doivent, être plus régulièrement suivies. Parents, veillez à la régularité de vos enfants et intéressez-vous à leur travail dans l’Église.

3°/ Les réunions de Jeunesse, dirigées par Monsieur Jornod  - qui nous continue sa bienveillante collaboration – aidant nos enfants à marcher dans le droit chemin: envoyez-y vos grands  qui, dans l’amitié, y trouveront de la joie saine.

4°/ Les cotisations, indispensables pour la vie même de l’Église, sont une prevue de la fidélité de tous. Je prie chacun de ne pas tarder à verser sa cotisation.  C’est un devoir envers l’Église. Ne pas chercher à donner le moins possible. S’efforcer de donner le plus possible.. Il en va de l’avenir du Protestantisme de France. Que Dieu nous aide tous à être ce qu’il attend de nous.

Bien cordialement à vous, chers amis.,  Paul Schmidt

C’était une période difficile, la France était occupée, l'école réquisitionnée et les cours avaient lieu au Chateau du Piple

Un paroissien de Sucy écrit au pasteur en novembre 1942 pour lui faire part de sa situation et de celle de ses proches.

Paul-Schmidt

Monsieur le Pasteur,

En réponse à votre lettre du 16.10.42 dont vous demandez que mes enfants vont à l’École du dimanche à Boissy St Léger ? Le malheur est venu me frapper.  Voilà déjà cinq années que ma femme est malade et actuellement en maison de santé et mes enfants sont dans ma famille. Mais enfin, Dieu voulant actuellement, elle va mieux et je pense que sous peu la reprendre chez moi et d’aller avec elle prier Dieu dans votre Église Recevez Monsieur le Pasteur mes salutations empressées.

J..... Petite voie de Noiseau à Sucy . 

Une famille qui était en recherche s"est trouvée à louer cette maison dans les années 90, la famille LV. Elle y trouva des documents et des livres qui lui apprirent que la maison avait été habitée par des protestants. Elle s'est rapprochée de la paroisse et a été accueillie. Avant de partir pour le Canada leurs enfants demandèrent à préparer leur baptême avec nous, Marion en 1996 et Gauthier en 2000. Nous avons conservé des liens... par internet.

Dans une autre circulaire le pasteur Schmidt:

henri-4-31

Nous rappelons à tous les Protestants de notre Groupement qu’il y a pour tous et pour chacun un devoir financier auquel nul n’a le droit de se soustraire. Plusieurs, l’an dernier, n’ont versé aucune cotisation.  Cette infidélité est grave: tous les Protestants français sont soidaires.

Nous prions instamment tous ceux qui reçoivent ce message d’apporter, ou d’envoyer leur cotisation (personnelle et non globale familiale, autant que possible, mensuelle ou trimestrielle). Les cotisations sont reçues tous les dimanches à la Chapelle de Boissy; elles peuvent être envoyées aussi à l’adresse de Mademoiselle Drugbert, directrice de l’École normale de Jeunes filles, 2 rue Mercière à Boissy-St-Léger.

Le Pasteur Paul Schmidt ne résidait pas à Boissy, mais à Paris à côté de la Gare de la Bastille , 31 Bd Henri IV, ce qui lui permettait de prendre facilement le train et de s’arrêter soit à la gare de Sucy, soit à celle de Boissy-Brévannes.

Ci-contre le 31 boulevard Henri IV, résidence du pasteur de Boissy

Souvenirs de l'École Normale du temps de ses dernières années:

institutrices-1

L'une des élèves, Odette Loubière, devenue institutrice, puis directrice est revenue à l'âge de la retraite dans la paroisse de Boissy..  Je lui rendais visite à sa maison de Brévannes, rue du Président Wilson. C'est probablement en 1941 ou en 1942 qu'elle fit sa confirmation au temple de Boissy. Elle s'y maria aussi avec un Conseiller municipal de la ville, Marcel Préault.

Les dernières années de l'École Normale peuvent s'illustrer par une photo de la classe où les 20 élèves sont rassemblées à l'extérieur avec Mlle Drugbert, la directrice.  Directrice de haut niveau, elle obtint la Médaille de l'Académie française, qui lui fut remise le 19 mai 1938 à la Maison du Protestantisme à Paris. 

institu2

De même une autre photo à l'intérieur dans la salle la plus grande, montre les élèves réparties dans la classe. Ces photos nous ont été communiquées par Françoise Prunier qui avait été admise à la Cène le 8 mai 1940 après avoir été préparée par le pasteur Schmidt, alors aumonier aux armées. Odette Loubière se savait d'une santé fragile. Elle venait régulièrement au culte à Boissy, quand elle n'habitait pas chez sa fille à Lagny. J'avais beaucoup de sympathie pour elle. J'ai eu le douloureux privilège d'accompagner sa famille et ses amis quand elle est décédée en 2001. Deux autres anciennes élèves institutrices étaent venues à Boissy pour protester contre le projet d'expropriation d'une partie du parc, l'une de Deuil-la-Barre, l'autre de Guilherand-Grange en Ardèche.

Souvenirs du temple de Boissy en 1943

CPA-Boissy-ecole-normale-alléz

Le Pasteur Paul Schmidt appartenait à l'Église de la Confession d'Augsbourg (luthériens). Il était Pasteur de Boissy – Sucy – Brévannes depuis 1935, il le restera jusqu’en 1944.. Nous avons connaissance de plusieurs noms de ses catéchumènes de l’année de son départ de la paroisse. Il fut assisté pour la catéchèse par Marc Chalamet.

Une allée reliant l"École à la Chapelle. Il y avait à l'époque quelques bancs de pierre.

Le dimanche 6 juin eut lieu un culte d’accueil dans l’Église de quatre catéchumènes.

Il s’agissait d’élèves de l’École Normale d’Institutrices Protestantes de Boissy-St-Léger.

L’école était donc toujours en activité lors de l’année scolaire 1942-1943, par la suite elle fonctionnera comme une simple pension de famille pour des jeunes filles proteetantes poursuivant des études ou ayant trouvé un travail dans les environs.

Les quatre jeunes filles de l'École normale se nommaient: Ilbera Abdelkrim (17 ans) née à Waziers (Nord) Elisabeth Deback , 16,5 ans née à Crévecoeur (Oise), Huguette, Mireille Vernet , (16 ans)  née à Paris, Magdeleine Vidal (15 ans) née à Ivry-sur-Seine. Lors de l'inauguration du temple rénové en 2004, Suzanne Zobrist qui avait été élève de 1939 à 1943 avoulu manifester son soutien. 

Le dimanche suivant, jour de Pentecôte, fut un jour de fête à Boisy, Libera Abdelkrim et Elisabeth Deback ont pris part pour la première fois à la Sainte-Cène.. Les deux autres communièrent dans leurs Églises locales respectives.

Souvenirs du temple de Boissy en 1944

Il semble que le Pasteur Paul Schmidt ne soit plus très présent  dans la paroisse de Boissy cette année là. Cependant le dimanche 21 mai huit catechumènes ont été reçus dans l’Église.  Deux garcons et six filles: Guy Chessex, (16 ans) né à Sens (Yonne), Jacques Graf (17 ans) né à Paris, Fernande Choquet  (16 ans) née à Montjavoult (Oise), Madeleine Guitton  (14 ans) née à Boissy-St-Léger, Janine Kravetz (16,5 ans) née  à Paris, Simone Lechevallier (16 ans) née à Bolbeck, Denise Matthieu (19 ans) née à Paris, Gisèle Takahira, (16 ans) née à St-Cyr l’École.

Le dimanche suivant 28 mai, une neuvième catéchumène a été reçue dans l’Église: Rosette Schouban, (14 ans) née à Noisy-le-Sec.

Ce fut aussi le jour où plusieurs prirent part pour la première fois à la Sainte-Cène: à Boissy: Guy Chessex, Jacques Graf, Madeleine Guitton, Denise Matthieu, Gisèle Takahira, Rosette Schubhanè

La famille Graf habitait déjà Brévannes en 1935, la famille Chessex residait rue de Villeneuve à Sucy, la famille Guitton avait sa maison rue nationale à Boissy,  la famille de Roger Takahira logeait à Boissy-St-Léger, la famille de Jacques Matthieu était domiciliée rue Georges Picot à Boissy déjà en 1935,   nous n’avons pas d’indication sur l’implication dans la paroisse des familles Choquet, Kravetz, Lechevallier et Schubhané.

cpa-boissy-rue-alexandre-ribot Plusieurs familles habitaient rue du Progrès, rue de la Fontaine ou rue Georges Picot à proximité de la chapelle dont on distingue le faîte de la toiture à travers les branchages. A l'époque toutes les maisons avaient la même allure.

Entre 1938 et 1944 d'autres noms de paroissiens apparaissent:

À Boissy: Bonnardet, rue Georges Picot; Bondelu, allée Royale; Deleuze; Dias, Ecole normale; Gaudefroy, villa Denyse, route Nationale; Hetzel, villa Longet; Halter, rue Henri Legros; Hanotin, rue de Marolles; Benoit; Metz; Syries; Salagnac; Trottet; Vallet.

A Brévannes: Andrers, rue des Tilleuls; Buron, avenue Wilson; Bastide, rue des Chalets; Fauroux; Fillion, rue des Tilleuls; Graf, chemin du Tertre; Jacquemin, avenue Pt Wilson;  Piller, avenue Wilson; 

À Sucy-en-Brie: Bujo, rue Couturaut; Beaumont, villa St-Pierre; Beynon, rue Massenet; Chessex, avenue de Villeneuve; Dejonghe, rue de Noiseau; Delié, rue JJ Rousseau; Fontana, rue Couturaut; Favre, rue Victor Hugo; Génot, rue des Écoles; Garnier, avenue de la Gare; Heinzelman, place de la Gare; Kuntz, avenue du Château; Laporte, rue Frédéric; Lemaistre, rue du Temple; 

Dans d'autres communes: Bosc à Brie-Comte-Robert; Bertrand à la Clinique de Villecresnes; autres Bertrand, au Vieux logis, Villecresnes; Bréau à l'école de garçons de Villecresnes; Kraan à Lésigny; de Graaf à Lésigny; Roy à Marolles-en-Brie; Syries à Mandres-les-Roses; Allier à Neuilly-Plaisance. L'influence de la paroisse commence à s'étendre.

Le futur Pasteur de l’ERF Henri Rambaux (30 ans et sorti récemment de la faculté de théologie) participe à la catéchèse de Boissy à la rentrée de septembre.  comme l'avait fait Marc Chalamet l'année précédente.

Les soeurs diaconesses -Soeur Marthe Juncker et Soeur Rosa Lefebvre-, arrivent dans la paroisse en septembre-octobre 1944 pour succéder au Pasteur Paul Schmidt. Une nouvelle page de l'histoire des protestants de Boissy s'ouvre avec elles. Cette période durera de 1944 à 1956, avec une modification importante en 1949.

Michel M.